Simone et la matière humaine

C’était hier, au bistro du coin. Simone m’écoutait attentivement. Quand j’ai eu fini de lui exposer ce qui me tracassait, elle a pris une gorgée de café et m’a servi son sourire à mille piastres. « On tire pas sur les fleurs, ma chérie. La matière, qu’elle soit humaine ou pas, prend le chemin et le temps qu’elle prend. Et là, tu m’excuseras, mais je dois partir. »

Elle s’est levée, m’a embrassée et s’est rendue au comptoir pour payer. En repassant à côté de moi, elle s’est penchée à mon oreille : « J’ai longtemps soupesé le monde. Pis un jour, j’étais sûrement rendue là, j’ai arrêté de le faire. »

Je l’ai regardée s’éloigner. Simone boite depuis quelques semaines. « Une simple articulation qui s’emballe », qu’elle m’a dit. Mais elle n’en sourit pas moins. Si ça se trouve, c’est le contraire.

Cré Simone. Le moins que je puisse dire, c’est que tu m’inspires.

carolinedufourvefibysb

ANGÈLE AU SOLEIL – Mars 2017, Montréal

5 réponses à Simone et la matière humaine

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s