Là où tous les matins s’en vont

cherche-moi, tu dis
à travers les jours et les heures
au fil des notes de guitare
et ton beau sérieux ou ton chat

on connaît le fond de la cour
l’instant qui y joue à s’enfuir
les fameux chemins à rebours
le beau, le laid, les à-l’envers

et les croix en bénédiction
sur le mur de dehors

ta solitude me dit l’été
et tous les jours passés au bord
du pont
qui relie les deux rives

en attendant
vous pouvez toujours y dormir
jusqu’à demain sans y penser

pour les matins qui s’en iront
là où tous les matins s’en vont
pareil à la lune et la nuit
sans y perdre la fin

 


Photo : UN SIMPLE MOMENT – Rue Beaubien – 5 mai 2019 * Montréal

3 réponses à Là où tous les matins s’en vont

  1. « on connaît le fond de la cour
    l’instant qui y joue à s’enfuir
    les fameux chemins à rebours
    le beau, le laid, les à-l’envers »

    voilà des mots qui sonnent fort en moi……..merci douce Toi

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s