Vulnérable

sur ma rue, d’immenses flocons
tombent sans y sonder le vent
et dans mon ventre, l’afflux persiste
devant ce qui se joue

on s’éloigne et revient
sans vraiment d’autre lieu
que les jours
et cette même impuissance
à stopper la rivière

mais d’y goûter le ciel et
la nuit qui s’éclipse
et le clair de la neige
dans l’asphalte brisé

de mourir et renaître
cassés et à refaire
d’entre nos draps froissés, de vivre
nos histoires commencées
qui finissent déjà

 


Photo – PRÉSENCE – 1er février 2020, en revenant vers Montréal

4 réponses à Vulnérable

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s