Le temps d’y être

T’as eu envie du soir.
Et de sentir le temps qui bouge.
Comme un coeur en désert, sur le pas des vivants.

T’as marché du seuil au venant.
En te coulant dans la tempête pour y trouver le puits.

Tu rêvais de grands éléphants.
T’as trouvé une rivière, émaillée de veines sauvages.

C’est quand même nos chairs qui se butent.
Pour y cueillir les jours d’une histoire à écrire.

 


Photo – ALLONGEMENT DE CORPS, ET MAIN SUR L’INVISIBLE  * Juillet 2020 – Ripon

6 réponses à Le temps d’y être

  1. Se laisser porter,
    Par tes mots si touchants,
    Qui me donnent l’envol,
    Se laisser bercer, par la trompe
    De cet éléphant sublime,
    « le temps d’y être »..
    Un tendre sourire, belle Caroline

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s