Et les oiseaux me viennent

On s’y demande même pour la pluie.
Pour le temps qui fait ce qu’il fait,
les feuilles qui se gorgent et les arbres qui pleurent.

l’été s’achève, le vent balaie
et toute la lumière qui s’automne

chaque aube me renvoie ton cri
plus dur que la mélancolie

et les oiseaux me viennent
et les arbres et le ciel
de quoi tendre au subtil et exaucer ma fuite

pardonne-nous d’avance
si le monde et
le temps y feront
ce qu’ils font

Photo – HISTOIRE DE MUR * Septembre 2020 – Montréal

4 réponses à Et les oiseaux me viennent

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s