Comme sur un grand oiseau

T’étais où ce matin?
Je t’ai appelée j’sais pas combien de fois…

J’étais partie à dos de poèmes
comme sur un grand oiseau.
J’écoutais Léonard Cohen
à fond la caisse, en feuilletant
d’argile et de souffle d’Hélène Dorion.

J’ai du mal avec l’air du temps,
trop de fêlés, trop de fêlures.
Je multiplie les vols planés,
le temps que ça dure.

·


Photo – UN MUR ET DES FLEURS – Novembre 2020 – Montréal

5 réponses à Comme sur un grand oiseau

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s