Prends-moi, corneille

Quand j’ai ouvert les yeux,
une grande corneille passait devant ma vitre.

prends-moi, corneille, loin
loin dans ta chair   jusque
jusque dans les os de tes ailes

prends-moi
que me prennent  le vent
le vent, les courants et le ciel
du matin qui m’arrive

Photo – CARGOS GÉANTS – Novembre 2020 – Montréal

5 réponses à Prends-moi, corneille

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s