L’antre du poème

Si ma ville a changé de gueule le temps d’un long repli,
le tiède du vent sur ma peau me parle encore d’amour.

Ma naïveté m’épate.
Tout comme ma faculté d’oubli.
Les deux appartiennent sans doute
à un besoin de regarder du côté moins brisé du monde.

Je suis furieusement habile
à tisser des bouts de mes jours avec des amours à relire.
J’ai gardé surtout le précieux. Comme mes cailloux d’Arundel.
Ceux qui reluisaient dans le noir et qu’on a trouvés cette nuit-là.

Et si tu penses que je déraille,
t’as pas compris combien je t’aime et combien je t’aimais.
Et ça, sans aucun mérite jamais.
Mon coeur est resté le ruisseau qui ne sait rien faire que couler.
Quant à la mer et aux rivières, elles m’ont appris à rêver.

Dans l’antre bleuté du poème, je n’arrêterai pas de t’aimer.
Le reste ne m’est d’aucun secours, d’aucun bonheur à emporter.
·


Photo : JOUR DE PLUIE – Mars 2021 – Montréal

2 réponses à L’antre du poème

  1. du côté moins brisé du monde, il y a aussi ces mots que nous partageons avec d’autres, avec ceux qui vivent dans un coin de notre imaginaire et dont on aime la présence discrète Merci

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s