En soûlant l’invisible

apostrophe
mais j’évite

ce sera moi demain
moi qui saluerai l’aube
des yeux ou des paupières

je grugerai mes barreaux
tandis qu’ils s’amuseront
à caler des entrées de terre blanche

et en dépit des arbres
et du vent qui jamais jamais ne s’épuise
je penserai à ces jours
que je t’aurais fait goûter
à l’écume qu’on buvait
en soûlant l’invisible

Photo : FAUSSE MER – Hier, au bassin presque vide du parc Lafontaine.

Une réponse à En soûlant l’invisible

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s