Éparsitudes

C’est vrai que je vis en retrait, dit la femme.
Et la fillette qui se penche comme si de rien n’était.

Même point de rendez-vous dans la chaleur humide.
Certaine que c’était A. qui s’approchait de moi,
j’ai envoyé la main à une belle étrangère.
Même sans mes lunettes, j’ai pu voir son sourire.

Et là je t’offrirais de gros bouquets de temps.
Les yeux ouverts, sur un champ de mûres mouillées.

Un oiseau passe. Et un autre.

Nuit. Cuisine. Ce même ronron du frigo. 
Trois heures vingt-six et je bâille.

J’erre alentour de la cassure dans les fendillements.
Le chaos qui reste fidèle et l’art qui m’aide à vivre.
Le rêve d’une vie nue, débarrassée du lourd.
À chaque instant du temps, ce qui vient et s’éloigne.
Le vent comme l’amour.

Et l’aube sur mon café vers celle qui n’est plus là.

Photo : FEMME SUR BANC – Hier * Jardin botanique

3 réponses à Éparsitudes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s