Les feuilles tendres

Me revoilà encore à y brasser l’histoire
de ces âmes qui veillent au beau des bois venants.
J’enfile des sarabandes à même les notes noires
pour qu’au bord des failles tombent des feuilles tendres.

Parce que c’est long, si long d’un matin à venir.
À l’heure du désoeuvrement, ça fait long d’une nuit
à y attendre l’aube.

Vas-y dormir un peu, dit-elle,
avant de déserter tous les lieux de l’espoir.
Demain, t’iras marcher. Et le jour saura.

Photo : CARESSE D’UNE FIN DE JOUR * Novembre 2021 – Montréal

6 réponses à Les feuilles tendres

  1. Cette belle lumière ici, ce ciel bleu sur lequel se découpent le jaune et le rouge, ne laissent aucune place au désoeuvrement et à la mélancolie. Et pourtant on attendait bien l’automne pour les journées à ras de sol.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s