Le vent à se prendre

Je n’ai pas oublié
vos grands cercles d’adieu.
Ni d’avoir touché la splendeur
plus fort que tout le reste.

D’y voir l’eau troublée par le vent
aurait pu me suffire à pénétrer le monde. 
Et là, cet étrange parfum qui sent
l’amour qui ne sait pas. Le souffle d’un revers.

Quand même je reste désarmée.
Que ne m’emportent pas les danses ridicules.
Quitte à être avalée par le jour et l’errance.

L’oiseau voit mieux que moi
tout le vent à se prendre.

PHOTO : LUMIÈRE CENDRÉE * Avril 2022

2 réponses à Le vent à se prendre

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s