La beauté d’elle-même

j’en ai déjà trop dit, lui écrit-elle
tout ça était bien vague, trop vague sans doute
c’est toute cette mer autour
jamais vraiment tranquille

attendons, veux-tu
que la beauté d’elle-même revienne
bercer le mystère

nos certitudes se lasseront
comme les feuilles
dans l’air cru de novembre

même les amours dans un désert
savent faire et défaire
il naîtra quelque chose
de nos coeurs enneigés


Photo : PENCHEMENT * Hier, dans ma ville

5 réponses à La beauté d’elle-même

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s