Chambre d’automne

carolinedufourrougeaun

de ta chambre sans les mots
toi qui regardes le monde
depuis le seuil encore

sûr je comprends la distance
et d’ici un peu je vais tendre
le coeur à ton silence

Photo : UNE DEUXIÈME SAISON DE FEU – Fin octobre 2017 * Montréal

Le vertige

au vent fort, les feuilles
et les branches
exposées

pour tous ces mots gardés
et ces élans
dans les saisons qui passent
je sais
on se retient de trop aimer

le ciel est gris
les feuilles répondent au vent
elles dansent et puis elles tombent

Photo : L’APPEL – Fin octobre 2017 * Montréal

Clair d’automne

IMG_2817

petits coups de pluie
sur le métal
je les entends sans les entendre
la fenêtre fermée sur l’air froid

fais-nous fais-moi
goûter au feu du tendre
et toucher l’aube et le désir
jusque dans l’ombre
la noire
où se forme le monde

d’autant que l’âme, elle
ne sait pas de victime

Photo : AU COEUR DE L’ARBRE – Fin octobre 2017 * Montréal

Et puis les anges

Dans l’autobus.
Des regards. Des sourires échangés. Plus que d’habitude.
Une chaleur palpable. Entre plusieurs inconnus.
Je la remarque. Et me dis que je vais l’écrire, en parler.

Puis juste comme on descend du bus, un planchiste qui roule trop vite.
Un coin de rue. Une collision. Une dame qui plonge face première.
Son corps replié dans la rue. Sa canne à côté d’elle. Et ses lunettes, cassées.
Elle nous parle, elle est consciente. Une mare rougeâtre grossit sur l’asphalte.

Un jeune homme glisse un manteau sous sa tête.
On est trois, puis cinq, puis vingt à l’entourer.
Pour la protéger des voitures qui roulent, ou décollent au feu.

La nuit qui tombe. Et les ambulanciers qui mettent du temps. Trop.

Les pompiers se pointent. La rassurent. Nous rassurent.

Et l’ambulance, enfin.

Avant d’être transportée à bord, la femme se tourne vers l’homme au manteau.
– Vous vous appelez comment?
– Dominique.
– Merci, Dominique.
– De rien.
Et le jeune homme repart, avec au bras son grand manteau pâle couvert de sang.

Photo : AMOUR DE RUELLE – Fin octobre  2017 * Montréal

Mon désir fou

sans amours ni rivières
pour y baigner mon âme
que trouverais-je à faire
de mon désir fou

par cette ombre qu’il porte
et ces vents qui se croisent
toutes les berges données
d’où rêver le mystère

sans lui, je sais
les matins seraient pâles
et les absences vides

et as-tu vu combien
près des courants innés
je suis plus vivante et plus vive

carolinedufourintlaaut

BLEU D’INTEMPÉRIE – Octobre 2017 * Lac Kénogami

De la rive

C’est mon regard sur toi qui dessine mes jours.
Et sur tout ça, qui se donne.

J’ai le rêve à fleur d’âme, je sais.

Les arbres, infiniment épris, visent la part du haut.
Ils montent dans son axe sans jamais y penser.

Et moi, l’errante, je ne cherche pas de lieu.
Pourtant, mes racines s’étendent.
Et s’agrippent comme à flanc de montagne.

Je t’aimerai encore. Et tout ce qui se donne.

Photo : LAC D’AUTOMNE – Octobre  2017 * Lac Kénogami

La beauté des battures

Géorgie, États-Unis, autour de 1905.

j’ai vu des caravanes
entendu la musique au bord de mon réveil
et des notes qui trahissent mon désir

le long des rivages d’argile
je marche pour apaiser mon amour exalté
et mon cœur à l’orée du néant

je suis tellement vivante
à en peindre et vouloir
des ciels qui se déchaînent et des nuits de bohème

vivante à m’y trouver et vivante à m’y perdre

dans ce monde qui déjà
cent ans avant le vôtre
m’accuse d’hystérie et de divagations
je vois un jour où l’homme
n’aura presque plus rien d’une finalité

un jour où de lui-même
en quête d’efficience
il bafouera son corps et ses états variables

les mots et moyens changent
mais les desseins perdurent

puisse-t-il y voir quand même
la beauté des battures


Photo : INCONNUE / ELLE AIMAIT PEINDRE AU BORD DES RIVES – Prise à Madison, dans l’état de Georgie, aux États-Unis, par F. B. Clench. Tirée de la même collection de photos provenant du grenier d’une maison de la Caroline du Nord. Le photographe a vécu de 1836 à 1914, aux États-Unis et au Canada. Il s’est installé à Madison en 1902, où il a vécu jusqu’à sa mort.

No more posts.