L’entrebleu

bleu bleu
tu viens, tu fuis
l’instant déballe tout
et l’hiver, lui
continue sa danse
la neige tombe tombe
et c’est heureux qu’elle soit blanche

les flocons sont pesants
gorgés
et le vent, je sais
se réchauffera

carolinedufourfibutebdesb.jpg

LE GESTE – Mars 2017

Murmure d’hiver

le long des trottoirs blancs de neige
dans l’élan d’un soir de tempête
elle était là, fidèle à mon errance
c’était sa voix
c’est elle toujours qui me rappelle
combien j’ai déjà tout
et toujours elle qui arrache
de mes circonstances mondaines
la peur d’échouer ou de perdre
elle coule dans mon sang
de mémoires d’arbres et de rivières
de terres et de vents

Photo :  VOITURES, TROTTOIR ET ESCALIER – Rue d’Iberville / 14 Mars 2017

Bout de ruelle

La ruelle était belle. Avec au bout d’elle, un chien. La fille s’immobilisa devant la blancheur et le calme, et laissa couler quelques larmes.

coeur d’hiver et de chardon
et ceux qu’on aime qui s’en vont
et repart la cadence
des jours dans leurs espoirs
bah bah, dit le chien
le monde va, le monde vient
et tombent les flocons
trois petits tours…

Et tandis que la neige lui embrassait les joues, la fille reprit son chemin.

carolinedufourchneb

CHIEN, NEIGE, RUELLE – Montréal, 15 mars 2017

Le beau et l’absurde

dans la tempête, je pensais à toi
à ce vent glacial qui est venu te mordre

de quoi trouver encore une fois
le sens du beau comme de l’absurde

le beau de la neige
et ce qu’elle entraîne de périls

le beau de l’amour
et ce qu’il amène de peine

Photo : NEIGE, VENT, FILLE – 14 mars 2017 / Rue D’Iberville, Montréal

Sur la pente du jour

petit soir tranquille
au coeur du monde
de mon monde
j’ai entendu des larmes tomber
des mots d’amour se dire
et des rires déferler sans savoir
juste pour déferler
comme autant de perles
sur la pente du jour
puis le soir est venu
et j’ai pensé que l’important
le plus important
restait encore l’amour

Photo : NOS ÂMES – Transport en commun / Mars 2017, Montréal

L’éclat de mes amours

la mienne souvent
reste la peur de dire
c’est qu’on m’a bien muselée quand même
déjà d’être une femme

et un cœur emporté – je sais
par un vent d’innocence

aussi c’est vrai que j’ai aimé
et parfois trop, diront certains
à ceux-là je réponds
sans tous mes amours éclatés
je n’aurais été que moins libre

Photo/Quadriptyque : L’ÉCLAT DES JOURS – Mars 2017, Montréal

Sur le fil d’un dimanche

un dimanche où la lumière
m’apparaît plus claire
le monde bouge les choses dansent
et j’ai l’idée que peut-être
je mourrai un jour
je sais, je sais, ne riez pas
ou plutôt, oui, riez surtout
tout va si vite
et sans ralentir jamais

Photo/Diptyque : DANS LES YEUX DE GABY – Mercredi matin

No more posts.