La beauté sans ambages

le temps manque d’espace
mais la lumière est belle
le ciel est encore là
et les feuilles et le vent

pour un peu nos âmes
se sauraient l’écho
du plus tendre des pièges

toute cette insistance
à harnacher les corps et les rivières

encore la beauté
coule sans ambages
sur le drame de vivre

Photo – FOULER LE JOUR – Octobre 2020 – Montréal

Vue d’automne

dans le parc
devant la vieille église
quelque chose d’une foule
quelqu’un sur chaque banc, à chaque table
on y perd le soleil
mais l’air est bon quand même

quelques lignes pour le temps
de s’y aimer encore
on est là
nos corps comme des bateaux lourds
ivres peut-être
à tracer quelque part
une mer, une brise

quelques lignes pour le temps
d’y pleurer de si peu
et d’y rire d’autant

qui sait si nos yeux s’ouvrent
un peu plus grands peut-être
sur ce rêve de nous

·


Photo – DANS LA LUMIÈRE DES CHOSES * Octobre 2020 – Montréal

De ces désirs qui passent

tu m’as envoyé un poème
des vers de Maeterlinck
pour me dire ta tristesse

ça y est l’automne est vraiment là
la vigne est presque nue

pour le petit appartement
on nous a dénoncés
mais tu pourras dormir en bas
quand reviendra le temps

les jours sont lourds ici aussi
c’est à croire qu’on y meurt d’avance
je vague entre le bel automne
et les coins noirs de ma conscience

en attendant
l’air est encore assez chaud
pour l’eau dans le bassin
et j’y vois encore des oiseaux

hier la pluie claquait sur le mur de métal
là tout est plus tranquille

quant aux désirs qui passent
et aux rêves qui se lassent
je te sens et t’embrasse

Photo – LE MILE-END D’ENTRE LES JOURS – Avant-hier – Montréal 2020 (La murale est d’Omen)

L’infime

ce jeu toujours
du désir qui s’accroche

les notes même fausses
sur un piano absent

et tout l’infime donné à voir
contre le goût de fuir

la terre y joue de
cicatrices

de tout le beau du poids des pierres
sur les argiles tendres

·


Photo – CE QU’IL NOUS SEMBLE * Hier – Montréal 2020

Les oiseaux et l’automne

la lumière qui fait luire
ton vieux chaudron usé

tu multiplies par quoi
pour y toucher le lieu
le peu
là où déjà pourraient suffire
les oiseaux et l’automne
mais l’humain est une bête
à l’instinct abimé

à la fenêtre, l’orange se berce
ça donne une bonne idée du vent

on dirait qu’elles suivent la musique
oui les feuilles
tellement sexy ce saxophone
tu trouves pas?

et la beauté survit
où passent nos histoires

Photo – CHEMIN D’AUTOMNE * Octobre 2020 – Montréal

L’orgueil qui noie

Mais qu’a-t-on oublié, dis-moi,
qu’il nous faut tant la fuir?
L’orange n’y serait pas sans le temps
qui oblige.

Cécile l’attendait comme
un rendez-vous doux, un désir
à la longue.

Vas-y, mon amour, va, berce-toi
sur la vague. Sois-y la goutte d’eau
dans l’océan des jours.
L’orgueil des hommes noie.
Même les plus beaux ciels de l’automne.

·


Photo – BLEUS DE GRIS * Octobre 2020 – Montréal

La grive et le cèdre

une grive solitaire s’est posée
la même qu’hier
sur la même branche, à la même heure
on est en ville pourtant
tu es chanceuse, m’ont dit mes soeurs

et plus tard quand je marchais
l’odeur du cèdre entre mes doigts
consolante d’autant
qu’une femme longeait le mur

j’ai l’ombre vive dessus l’orange
dans l’immense beauté de l’automne

par chance ton silence aussi
m’apporte refuge


Photo – LA BEAUTÉ RESTE TRANSCENDANTE * Octobre 2020

La femme rouge-gorge

moi qui t’avais pris pour le vent
tu me tends un miroir
comme un reproche

par chance la voix de Cécile
n’oublie pas que personne
n’ira au paradis

la lampe est restée allumée
qui éclaire le jardin

j’ai changé l’eau
boueuse
et remis les pierres dedans

c’est la femme rouge-gorge, dis-tu
son regard écarlate

il y a mille manières
de consoler le temps

Photo – CHEVAL NOIR * Octobre 2020 – Ripon

L’étang gravé

J’ai rentré les plantes.
La vigne est belle qui se dénude
dans le crayeux du ciel.
Et dans les parages du corps,
l’amour qui a du mal à être.
Et on sabre dedans.

L’étang d’hier est resté là, gravé
dans son rêve d’espace.
Et je repense à l’oie. Que j’ai
imaginée sceptique devant notre
manière de tendre, les yeux fermés,
vers d’aussi maigres horizons.
En suivant l’appel d’oiseaux borgnes.

Qu’on ne me parle pas d’évolution.


Photo – ET JE L’AI BAPTISÉE ZENNY * Hier, à l’autre bout de l’étang – Ripon

La caravane tendre

je cherche encore la fuite
la caravane tendre
dans l’avare des heures
et l’orangé d’octobre

c’est tant de vent
sans jamais la caresse
ni de près ni de loin
tout l’amour qui nous perd

je t’écris à toi en premier
sans peur
en clair, sur des feuilles dardées
l’amitié sur la route

et on s’éveillera
chacun dans son matin
le corps à fleur de tout

Photo – TOUCHER L’AUTOMNE * Montréal 2020

No more posts.