Par quelle chance le bleu

Lau, dix ans, a enveloppé dans un mouchoir
une de mes pinces à cheveux. Et collé un papier dessus.
« Tu trouveras là-dedans tout ce dont tu as besoin. »

par quelle chance le bleu
et les feuilles qui dansent
tout le ciel resté là
malgré l’écueil glacé
et la peur de nous

la cascade des heures
sur mon coeur qui doute
comme une rivière à vivre
et cette fois encore
le vent qui nous absout
de tant d’indifférence

de quoi me souvenir
devant la lumière folle
et les oiseaux heureux

·


Photo – L’HOMME À VÉLO * Septembre 2020 – Montréal

5 réponses à Par quelle chance le bleu

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s