Tendre au matin

Cet état de durée qu’aucune sécheresse n’atteint
comme le ciel qui roule et le vent qui se perd
sans rien y attendre

La lumière est plus grande depuis qu’on a ouvert
l’escalier est plein de soleil

Dans le rêve de départ
chacun allait trouver rivière à son âme

et si pendant qu’on avait tout, on avait oublié

Mais au fond je ne sais rien
sinon nos corps célestes et ce désir de temps

et j’aime tendre au matin
qui jamais ne s’en lasse

Photo – REGARDS * Septembre 2020 – Montréal

2 réponses à Tendre au matin

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s