La femme rouge-gorge

moi qui t’avais pris pour le vent
tu me tends un miroir
comme un reproche

par chance la voix de Cécile
n’oublie pas que personne
n’ira au paradis

la lampe est restée allumée
qui éclaire le jardin

j’ai changé l’eau
boueuse
et remis les pierres dedans

c’est la femme rouge-gorge, dis-tu
son regard écarlate

il y a mille manières
de consoler le temps

Photo – CHEVAL NOIR * Octobre 2020 – Ripon

5 réponses à La femme rouge-gorge

  1. Et juste le jour où je viens te lire, voilà mon prénom qui surgit au sein de la beauté coutumière de tes textes. Et j’ai souri, même si je suis loin d’être la seule à le porter. C’était si joli.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Francine Hamelin Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s