L’esquisse et le butin

La fenêtre est là. Pour qui aime la fuite.
Regardes-y depuis l’esquisse.
Dans tous les désirs hasardés, les secrets bien gardés.
Aujourd’hui comme demain, ça restera insoutenable.
Tu as perdu l’eau et le lac, il faudra trouver autre chose.
Et tu trouveras autre chose.

·

Hier après-midi. Assise sur le banc du piano,
j’en jouais du bout des doigts pendant qu’il préparait la chose.
J’avais trouvé la gamme, je suivais la musique.
Deux gars debout à côté de moi attendaient leur café.
Une jeune femme qui venait d’entrer parcourait le menu.
D’en arrière du comptoir, il a chanté mon nom.
J’avais payé déjà. On s’est dit bonne journée.
Je suis repartie au soleil, avec mon butin chaud.

À mesure des années, j’observe l’enchantement.
Et je le vois qui glisse in and out of me.
Faire face et faire l’amour.
Aussi loin que possible des lits préfabriqués.
C’est de ça surtout que je rêve.
Errer au ras les vagues. Sans trop jamais couler.

·


Photo : ROSE NOIR * Novembre 2021 – Montréal

2 réponses à L’esquisse et le butin

Répondre à Gilles Labruyère Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s