Simone, Maslow et les moineaux

carolinedufourhoviornbv2

je serai folle, mon amour
comme la feuille qui tombe sans savoir où elle va
comme le ciel qui s’ouvre sans demander la permission
comme le jour qui se lève sans penser à demain
comme la nuit qui s’étend sans demander pardon
je serai folle, c’est tout

L’air était doux. J’étais assise sur le banc, adossée avec Simone au mur de l’ancienne bibliothèque. J’ai toujours aimé ça flâner au soleil avec Simone.

On regardait les moineaux qui se vivaient tranquilles dans un gros arbre, quand on s’est mises à parler de haine, et de besoins aussi. On aime ça philosopher, Simone et moi. On aime ça digresser aussi. Tout ça pour dire que ce midi-là, j’ai demandé à Simone si elle avait des ennemis.

« Des ennemis, moi? Vraiment pas. J’ai pas de temps à perdre là-dessus. Si tu veux savoir, ça fait longtemps que j’ai mis ça dans mon tiroir d’insignifiances. Juste à côté des besoins à la sauce Maslow, le gars à la pyramide, tu vois de qui je parle? Ça tient pas debout son histoire, fie-toi sur moi. C’est juste bon à faire consommer le monde, ça swingue en plein dans le sens de la culture dominante. Celle des grosses business, si tu vois ce que je veux dire. Bref, je suis encore plutôt jeune tu me diras, mais j’ai décidé de vivre comme s’il me restait deux ans devant moi. Ni plus ni moins deux ans. Je m’applique à ça, pis je laisse la vie s’occuper du reste. En passant, si tu y penses, tu serais fine de regarder sur internet pour moi… j’aimerais ça savoir combien de temps ça vit, un moineau. Tu me le diras la prochaine fois. »

C’est là qu’elle s’est levée, m’a servi un sourire grand comme le monde, a repris son carrosse rempli de bontés, pis s’est changée en citrouille. Ou en grenouille, je sais plus. Elle est comme ça. Simone.

*Photo : LE POÈTE À VÉLO – Montréal (Mars 2016)

11 réponses à Simone, Maslow et les moineaux

  1. Rien ne vaut les conversations sur un banc, à ne pas confondre avec les élucubrations bancales. Mais alors là, avec Simone et toi, je réserve ma place. Je me ferais petit comme un moineau et me poserais sur vos épaules à tour de rôle.

    Aimé par 1 personne

  2. Et si nous n’avions plus que 2 ans à vivre… peut être que nos vies seraient plus que jamais tournées vers l’authenticité et les essentiels 😉
    Un instant authentique avec Simone et des mots comme si tout était évidence…
    Du coup j’aimerai en savoir plus… Dis Simone, racontes moi une histoire 😉

    Aimé par 1 personne

  3. gilles l.

    Une rebelle cette Simone. Pourtant il m’a toujours semblé que la théorie de Maslow avait du sens: si tu ne satisfais pas tes besoins de base comme respirer, manger, être en sécurité, il est difficile de passer à un niveau supérieur de besoin, comme créer, se réaliser, etc. Mais peut-être que Simone a raison. J’ai moins de certitudes qu’avant.

    Aimé par 1 personne

  4. Simone me plait; c’est vrai, pas de temps à perdre avec ce qui étrangle le coeur, mais s’abandonner à ce qui le dilate jusqu’à embrasser le monde ou contempler un moineau

    Aimé par 1 personne

  5. I think there is nobody around me to talk like that. Happy for you, and happy for Simone. I think, the photograph was taken from at least fifty meters of distance. I like it so much… Thank you, Caroline. ^_^

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s