Le dessin

– Qu’il n’y ait pas de fins à ton voyage, lui dit-elle.
– Mais de quel voyage parles-tu?
– De celui que ton âme dessine, au gré de son infinitude.

Et elle repartit sans autre mot. Lui resta immobile un instant avant de reprendre sa route. Les ruelles étaient belles dans cette ville du continent. Une ville au cœur tendre, une ville qui n’a pas peur. Le monde est vaste, se dit-il. La journée sera belle. Aussi belle que le ciel de ce matin, ce bleu d’entre les bleus. Et moi, je marcherai. Petit que je suis, dans l’immensité du monde.

Photo : Hier, dans une ruelle de mon quartier

10 réponses à Le dessin

  1. A travers le voyage, être ce que nous sommes et devenir pleinement ce que nous sommes capables de devenir…Peut être que le vrai domicile de l’homme n’est pas une maison mais la route de la vie … 😉

    Aimé par 1 personne

  2. L’âme dessine un parcours à grand trait. À force d’obsessions, le dessin devient le dessein, si j’ose dire. J’adore ces palissades de bois, ces ruelles… J’aimerai être la personne qui marche avec son sac sur le dos.

    Aimé par 1 personne

  3. Me définissant depuis presque toujours comme un touriste sédentaire, cet itinéraire de l’âme me touche d’autant plus. Et puis il y a ces sacs à végétaux qui me rappelle Chicago et mon jardin d’alors.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s