Tant qu’il y aura la beauté

Hier, au marché
une âme bohème
vendait des poèmes
« poems made-to-order » disait sa petite affiche
j’en ai commandé un
il voulait quelques mots, un souffle
j’ai dit autumn, uncertainty, the beauty of uncertainty
et avec juste ce qu’il fallait de promesse dans le regard
il m’a dit « give me fifteen or twenty minutes »
je me suis assise au soleil et j’ai regardé vivre le monde
quand j’ai récupéré mon poème contre la somme demandée
je lui ai dit que j’attendrais d’être chez moi pour le lire
« have a beautiful evening » he very gently said
« you too »
je l’ai lu en marchant, c’est tout moi de ne pas attendre
il est beau son poème, un peu triste mais beau
surtout les derniers vers
entrecousus qu’ils sont de douceur et d’espérance

. BLEUS  ou  LE TEMPS D'UN POÈME D'IVAN KLIPSTEIN Dimanche, au marché Jean-Talon

.
BLEUS ou LE TEMPS D’UN POÈME D’IVAN KLIPSTEIN
Dimanche, au marché Jean-Talon

30 réponses à Tant qu’il y aura la beauté

  1. gilles l.

    J’ai accompagné un ami la semaine dernière au marché Jean-Talon. Je l’ai vu sous mes yeux se métamorphoser en petit garçon dans un magasin de jouets. Décidément un endroit magique où on vend de tout même des poèmes…

    Aimé par 1 personne

    • Caroline D – Auteur

      pour toi alors…
      ce que je retiens plus que tout de son poème, c’est quand il dit, après l’aveu d’une tristesse qu’il n’a pas vue venir…

      « … peut-être que ça ne devient jamais plus facile
      ni plus simple
      ni plus évident
      mais avec un peu de chance, ça veut aussi dire que
      ça ne devient jamais moins beau non plus. »

      Aimé par 1 personne

  2. « j’ai dit autumn, uncertainty, the beauty of uncertainty »…
    Makes me think in a fragile leaf barely seen from the window of a car; it’s barely standing in its tree, made gold by the late sun; when suddenly a breeze comes and you cannot know if it fell to fly free with it or it was strong enough to be gold in the air a little more, because you already aren’t there…

    Aimé par 1 personne

  3. 'vy

    Un po’m parmi les pommes, nourritures de l’esprit et du corps. Dommage que mes connaissances en anglais soient limitées… Et nous te découvrons impatiente…. Je pense que j’aurais aussi lu le poème en marchant.

    Aimé par 1 personne

    • Caroline D – Auteur

      T’iras lire le petit bout que j’ai écrit en réponse au mot d’Irène… j’ai traduit mon bout préféré du poème…
      Oui, je l’ai lu en marchant, bien sûr… attendre pour déballer un cadeau et pour en offrir un qui je sais fera plaisir, c’est pas ce qu’il y a de plus naturel pour moi…
      Par contre, attendre quelque part, quelqu’un ou quelque chose, obligée à ne faire rien d’autre que regarder passer le temps ou vivre le monde, m’est la plupart du temps délicieux…

      J'aime

  4. Épatante coïncidence, dimanche après-midi, nous nous promenions le long du bassin de la Villette et il y avait une foire aux associations. Des tentes dressées, des stands, etc… et deux écrivains publics, dont l’une écrivait des lettres d’amour et des poèmes contre une obole. Vous me faites regretter de ne pas en avoir demandé un, moi aussi. Je l’aurais sans doute lu en marchant également. Mais puisque vous partagez le votre, cela me console, même si je suis assis devant mon écran pour le lire… (un tout petit regret cependant, ne pas entendre votre voix en train de nous le lire… ou de le fredonner)

    Aimé par 1 personne

    • Caroline D – Auteur

      Oui, la prochaine fois, demandez-en un surtout… c’est du chocolat pour l’âme…
      Et pour la parenthèse… Thanx for the vote of confidence, Francis… I’ll meditate on this…

      J'aime

  5. « Marchand de poème, qui n’a pas son poème, poème à vendre ! » Quand je serai grand, j’aimerai bien être marchand de poème. Allez, j’essaie (le premier est offert)

    Un poème lu dans la rue.
    c’est souvent un peu triste
    parfois bizarre et drôle
    toujours souple et changeant
    et doux comme le reflet sur le papier
    de l’âme souriante du lecteur
    un poème lu dans la rue.

    Aimé par 1 personne

    • Caroline D – Auteur

      ‘dépend… c’est vrai que « beauty is in the eyes of the beholder »… n’est-ce pas? Alors, sans doute, peut-être, qui sait… ou si je l’avais lu plus vite? ;o) merci Anick.

      J'aime

  6. Sharlen Phileas

    Ca doit être bien de vendre des petits bouts de rêves sur le marché, et de croiser une vendeuse de rêve. C’est une belle histoire que tu racontes et illustres très bien, sans ne t’avoir jamais vu j’imagine très bien la scène =)
    A bientôt =)

    J'aime

  7. That’s a heartwarming story which reminds me of a beautiful movie, « Before Sunrise », I don’t know if you ever watched it. But there is a part where the main character « buys » a poem, and I thought that it was such a pretty thing to do, write for strangers. Anyway, thanks for sharing this with us. Long live poetry!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s