C’est vrai, Louise

carolinedufourfilpfs

jours de serrements
la gratitude s’use
sur le tissu des jours présents
et de notre impotence

comment le dire sans la nommer
la pale en anagramme
la ville faille
miroir ultime de nos laideurs

ils ne peuvent qu’être morts déjà, des morts-vivants
ceux qui dans leur délire assassinent les tendres
leurs ailes nécrosées
leurs âmes gangrénées

la gorge, le coeur
fureur et paralysie
si seulement les mots
tels des bombes larguées sur les barbaries
et des baumes
versés sur les blessures

˜

Photo : Décembre 2016, Montréal

9 réponses à C’est vrai, Louise

  1. Your words remind me of the practice of remaining soft in the heart, rather than becoming hardened and cruel. And so how can one not cry for the children (aren’t we all children) caught there in war, while my life continues in luxurious waste. And then to give whatever I can to help. Thank you for your softness of heart in a hard reality.

    Aimé par 1 personne

  2. merci pour ces mots, caroline, merci pour ces mots qu’on a là, sur les lèvres, et qu’on ne sait comment sortir….merci pour ces mots, ces mots que je tente de faire vivre avec mes fils sur fond de doré, parce qu’il faut croire, croire au beau encore et encore, et comme tu l’écris, oui, il y a l’amitié, la belle….un sourire vers toi…

    J'aime

    • Caroline D – Auteur

      oui, comme tu le dis, croire au beau encore et encore… et merci pour l’âme que tu y mets, irène… et pour l’amitié aussi, la belle et bonne qui réchauffe… et puis, bien sûr, un sourire vers toi, par-delà les grandes vagues…

      J'aime

  3. Miss Top Loulou

    Est-ce à cause du titre «C’est vrai, Louise»? Chose certaine, je me suis aussitôt sentie interpellée. Merci d’avoir inséré mon prénom dans le titre de ton poème, Darling Lady. Ça me touche vraiment beaucoup… parce que je m’y reconnais tellement! Je ne t’écris pas souvent, mais sache que j’apprécie chacune de tes chroniques hebdomadaires, très chère… XXXX

    Aimé par 1 personne

    • Caroline D – Auteur

      Chère Louise…. Oui, je pensais à toi..et à toutes les Louise qui veulent bien m’entendre..et aux autres..;o)
      Mais surtout, je pensais à Louise Arbour. Je voulais faire écho à ses mots de ce jour-là au sujet d’Alep. À sa déception devant ce qu’elle a appelé le « summum de notre impotence », notre « paralysie », et les « failles profondes » du système de justice international pour lequel elle a oeuvré si fort…
      Que tu te reconnaisses dans mes mots me fait plaisir. Et n’en doute pas… je te sais là tous les lundis, je n’ai pas oublié. Et merci d’y être. xxx

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s