Sans rancune, le sens

Tout finit par mourir, excepté la conscience qui témoigne pour la vie.
René Char

dis-moi ce silence dehors

j’ai mis un violon une voix
de quoi remplir l’espace

mais dis-le-moi quand même

quand on sait à peine la danse
à peine l’errance
de vivre et de mourir

et d’aussi loin que la mémoire
tout ce désir de l’autre

Photo : DE MA FENÊTRE ARRIÈRE – 17 Janvier 2021 * Montréal

8 réponses à Sans rancune, le sens

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s