Est-ce d’être

le feu se trouvait là
où tu t’es arrêtée –
devant le trou dans l’escalier

il pleut et tu t’abrites encore
dans les couleurs de février

la déception a la peau dure –
peut-être est-ce d’être à la fois
naïve et insoumise

si dans ce long baiser de cendres
la parole s’est assoupie,
le piège reste le même
d’y serrer les mâchoires

l’été est là
et l’insomnie te berce tendre –
oublie l’inexorable
et saoule-moi
d’éternités et de temps chauds

·


PHOTO : DANS L’ÉTREINTE DES MOTS – Montréal – Juin 2022

2 réponses à Est-ce d’être

  1. ce n’est pas le bruit
    ni l’endroit, pas les mots, l’âge,
    la lune, une autre, l’éclat du drap,
    ce n’est pas l’ombre, le silence,
    l’air chaud, les chats qui rodent mais
    comme vous, l’été, et quand bien même
    le recours au nombre,
    je ne dors pas.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s