Les nourritures digestes

J’ai toujours été une créature mal foutue, Mr Bones, un homme criblé
de contradictions et d’incohérences, le jouet d’élans trop multiples. 

D’un côté, le coeur pur, la bonté (…). De l’autre, un braque mal embouché (…).
Et le poète? Tombé quelque part entre les deux, je suppose,
dans l’intervalle entre le meilleur et le pire de moi.
Extrait du roman Tombouctou, Paul Auster, 1999, chez Actes Sud.

carolinedufournouter2Je n’aurais jamais avant utilisé le mot naïve
pour parler de ma personne.
Mais voilà que certains évènements récents
m’ont poussée à regarder les choses sous cet angle.
Au final, je me suis demandé
s’il y avait une différence entre le fait d’être naïf
et celui de ne pas user de son temps à l’élaboration de stratégies défensives.
La réponse n’est pas venue, et je ne la cherche plus.
Car quel que soit l’angle que je choisis pour aborder la question,
et quelle qu’en soit l’issue véritable au regard du tout,
la sollicitude dont j’use est encore l’une des choses que je digère le mieux.

Sur la montagne, hier.

Sur la montagne, hier.

Répondre à Les nourritures digestes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s