Comme je l’imagine

difficile de vivre sans succomber
aux tendances
aux idées à la mode
aux soi-disant besoins de l’époque
aux offres de bonheur
aux chemins de puissance

j’aime sentir le pouvoir que j’ai sur ma vie
choisir les choses auxquelles j’accorde de l’importance
et j’ai horreur des moutons en moi
ces petits zozos insignifiants
qui s’arrêtent seulement au clinquant
et au plus retentissant
je les envoie paître autant que je peux
dès qu’ils s’amusent avec ma tête, je sors mon arsenal
et vlan où ça compte!
si je manque mon coup et qu’ils me broutillent le coco
je réattaque en grande, pas question que je les laisse faire
parce qu’elle passe trop vite, il me semble
je me la joue donc en jalouse pour en garder autant que possible pour une histoire à moi
mon beau grand champ d’imaginé, où je cultive de folles et tendres images
après, quand on me dit que je suis dans le champ
je prends ça comme un compliment

L'HOMME QUI MARCHAIT - Mai 2014, sur le mont Royal

L’HOMME QUI MARCHAIT – Mai 2014, sur le mont Royal

Répondre à Comme je l’imagine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s