La soif

me rafraîchir aux arbres
et aux heures qui passent
tinquer la poésie
jusque dans les ruelles
me GRISER de la nuit
qui monte sur un ciel
MAUVE

et puis
cette autre soif
que je m’explique mal
qui salope les FLEUVES
les terres et les forêts
celle-là qui ne s’étanche
qu’à l’ABRI des scrupules
où l’on ne souffle mot
de la beauté
PERDUE
pétrodilapidée

LA NUIT MONTE DANS LA RUELLE - Fin novembre 2014, Petite-Patrie, Montréal

LA NUIT SE PENCHE – Fin novembre 2014, ruelle de la Petite-Patrie, Montréal

Répondre à La soif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s