Tendre vers l’autre

et ces âmes qui s’égarent
dans l’immensité de leur chair
sur la planète comme dans un corps
des cellules viles qui en détruisent d’autres
on sait bien peu aimer encore
on ne maîtrise pas le tendre
et ici, sous la pluie
l’écureuil court sur un fil électrique
et aussi gris que soit le ciel
l’apitoiement reste un manque
absolu d’intelligence
j’entends le bruit des voitures
on part travailler comme d’habitude
dans cette ville tranquille

carolinedufourfichchdes

LE SOURIRE – JuIn 2016, Montréal

11 réponses à Tendre vers l’autre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s