Les mots de l’amie

carolinedufourledelar2lr

Portland, Maine (États-Unis) – Environ 1885

matin de vent et de tristesse, me dis-tu
où ton monde se disloque et ta révolte
gronde, mais matin clair aussi
où tremble sous tes yeux une feuille
tranquille, accrochée à sa branche
sous le ciel de juillet

d’ici je pense à toi et à l’infâme qui
nous met en déroute, même toi, la belle
désarmée qui jure de le rester

les rancoeurs sont pesantes comme des lames
d’acier et le berceau des arbres libre et
mouvant comme nos âmes


Photo : INCONNUE / LE REFUS DE LA GUERRE (Pour A, qui lui ressemble.)
Vient de la même collection de photos trouvées dans un grenier de la Caroline du Nord.
Celle-ci a été prise à Portland, Maine, aux États-Unis, dans les années 1880.
Le photographe était un dénommé Albert McKenney. 

8 réponses à Les mots de l’amie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s