L’incandescence

Philadelphie, autour de 1865.

et tu l’imites encore
dans l’espace qui s’incline
le vent, l’intarissable
qui se donne sans retenue
pareil aux frémissements de l’âme

comme là, dans le matin
où tu me dis la liberté
et que les pensées font la suite
du jour et de la nuit
autant de pierres au fond des heures
ou de souffles vers l’infini
alors aux tiennes, tu songes

et si tu t’es contenu jadis
tu te déclines ici en autant d’amours vives
de l’ombre jusqu’à ta flamme nue
parce que, dis-tu, tout commence et finit
et qu’entre les deux on n’a rien
que le temps


Photo : INCONNU / L’ABSOLU
Vient de la même collection trouvée dans un grenier de la Caroline du Nord.
Celle-ci a été prise à Philadelphie, en Pennsylvanie, par L. Horning, au 63 North Eighth Street, entre 1860 et 1869.
Derrière la photo figure à la mine le nom de Robert L. Claypool.

3 réponses à L’incandescence

  1. I woke this morning wondering what is being asked of me in my restlessness and loneliness. And your poem arrived. The gentle acceptance you have of ephemerality. How I want this. Or maybe to move through the joy and pain of it as elegantly as your words do. As the wilderness around me does also. Thank you.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s