Morcellement

laisse-toi prendre, me dit-elle
sois l’eau et le bruant
dans le murmure de l’aube
il ne t’arrivera rien
que l’instant qui se meurt
et renaît au néant

et devant elle encore
ma béatitude

elle qui s’appartient
sans prière ni lieu
si entière et tranquille
dans son morcellement

Photo : MÉMOIRE DU VENT D’HIER – Ce matin, aux premières lueurs du soleil, au bord du lac Kénogami

3 réponses à Morcellement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s