La ville humide

des éclats de soleil et d’ambre
et tous ces désirs de ruisseaux
liquéfiés des deux côtés
de la ligne blanche

nos rêves qui mêlent leur haleine
dans l’humidité de la ville
et le cœur qui n’invente rien
il n’y a pas d’amours inutiles

on emporte les heures avec soi
et elles s’écoulent, nues et vivantes
versées jusque dans la nuit noire
en amont de nos âmes tendres

Photo : ONDE CLAIRE – Ce midi, dans le parc La Fontaine

5 réponses à La ville humide

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s