Stupeur et froissement

L’esprit disloqué par le poids.
Le poids de rien, surtout.

Puis un froissement de désir.
Pour le corps dans l’espace.
Sa lourdeur et sa gravité.

Dans des bras, peut-être.
Mais aussi.
Sur le plancher d’une ville.
Ou par le ciel d’une fenêtre.
À regarder le temps.

Un froissement de désir.
Et le monde t’a réapparu.

Photo : IMPRESSION D’OCTOBRE – Hier, rue Laurier * Montréal 2018

9 réponses à Stupeur et froissement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s