Le pesant doux

le vent frais sur mon bras
et mes orteils moins chauds qu’hier

les yeux sur le rideau qui flotte
je sens août qui décline

et nos pas qui se mêlent
s’emmêlent
et nos corps hésitants

qui de qui
de nos âmes danseuses

j’en aurais pris encore
du pesant doux de juillet
encore de ces jours lourds
qui me prennent à moi-même

le temps n’arrête pas sa danse
même sur l’été d’après
le dernier printemps d’elle

 


Photo : UN QUELQUE CHOSE D’AVANT – Dans le chalet du mont Royal * 16 août 2019, Montréal

5 réponses à Le pesant doux

  1. le temps n’arrête pas sa danse
    même sur l’été d’après
    le dernier printemps d’elle

    et grâce à tes mots je profite de chaque instant comme si c’était le dernier
    merci, douce caroline……je t’embrasse

    Aimé par 1 personne

  2. Danser sur l’instant,
    Oser danser de nos corps hésitants,
    Qui sait de la danse d’hier ou de demain ?
    Te serrer contre mon coeur,
    Dans ce matin frais
    Qui déjà nous chante
    L’automne..

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s