L’ambre

l’impromptu avalé par
l’abîme des corps, et la fleur
arrachée de ses mains

lui qui n’avait de rêve
que réparer le monde

devant son impuissance à
rappeler le jour
on poserait sur son coeur
une résine d’ambre

dans le jardin muet d’un amour
égaré, le silence retrouverait
ses beaux habits de gloire

Photo – CEUX QU’ON AIME * Printemps 2020 – Montréal

5 réponses à L’ambre

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s