Les amants de l’aurore

sapré monde de moi
de nous
saprée musique aussi
de violons et de vents
de quoi rire sans penser
et à grande rivière

et puis d’y voir
autant d’oiseaux qui donnent
aux berges maculées
tes pas, les miens
dans le sable glissant

ma belle ourse en cavale
vas-y fuir l’angoisse
partout qui tue le jour
cours frayer les sommets
et les océans blancs
où s’embrassent tranquilles
les amants de l’aurore

 


Photo – AU VIEUX MOULIN * Juin 2020 – Montréal

5 réponses à Les amants de l’aurore

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s