L’usure des murs

Le temps passe, et je me cache toujours.
Me laisserai-je jamais être vraiment vue?
Forte, mais si faible aussi.
Libre, mais dans tant de prisons.

Ma vie. Ma belle fortune.
Où mes forteresses sont mes cachots.
Et mes cachots, mes forteresses.

Hier, quelque part à Montréal...

Hier, quelque part à Montréal…

Répondre à L’usure des murs

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s