Comme parfois l’amour

Faut croire que j’y tenais.
À cette image du soleil couchant.
Et pourtant, on pourrait se demander.
Si ça valait le coup…

Les doigts gelés
je remettais mes mitaines
et j’avançais tête baissée
avec et contre le vent
vers l’ouverture
(trafiquée toujours)
dans la clôture du CP.
Mais la neige avait neigé.
Et le plancher était plus haut.
Ou le tuyau de métal plus bas.
Bref, mauvais calcul.
J’ai levé la tête au mauvais moment.
Et bang, mon nez.
Dur. Fort. De plein fouet.

Tout ça pour ça.
Sans vraiment de regrets.

QUELQUES SECONDES AVANT L'IMPACT Près du Champ des Possibles, Montréal, février 2015

QUELQUES SECONDES AVANT L’IMPACT
Près du Champ des Possibles, Montréal, février 2015

3 réponses à Comme parfois l’amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s