Les heures tendres

nuit blanche et matin noir
sur de grandes eaux sauvages
le coeur trop lourd
l’âme naufrage
t’as débarqué chez moi
pour faire dévier l’histoire
on a marché lentement
jusqu’au coeur de la ville
trouvant entre les mots ce qui ne se dit pas
le soleil accroché sous chacun de nos pas
le temps gagne à passer
vers des mers plus tranquilles

REFLETS ET AUTRES RUPTURES prise à travers la fenêtre du Quat'sous,  24 mai 2015

REFLETS ET AUTRES RUPTURES
prise à travers la fenêtre du Quat’sous, 24 mai 2015

14 réponses à Les heures tendres

  1. The old city with the wrinkles of age texturing its skin. Your words made me remember some special shared walks. Thanks Caroline. A smile from far away.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s