Juillet sur un dimanche

il a plu cette nuit
de longs longs filets
qui tombaient en musique
entre les grondements de l’orage

ainsi par deux éveils
au coeur de la noirceur
j’ai pu tendre l’oreille
comme aux vagues de la mer
et au grand coulant des rivières

et là, ce matin
un filet de soleil frappe la maison d’en face
et dessine de l’espoir sur le trottoir mouillé
le ciel se dégage on dirait

j’ai moins l’cœur à vouloir que je l’ai à donner
le temps m’ayant fait voir que j’ai raison d’aimer

AU BOUT DE LA RUELLE - Hier, Mile-End, Montréal

AU BOUT DE LA RUELLE – Hier, Mile-End, Montréal

18 réponses à Juillet sur un dimanche

  1. Gouttes de l’orage, petit sentiments devinir un lac; et sous le soleil il pourrait être un lac de l’amour inaperçue parce que la nuit il était sombre…
    I don’t see a wheel but I circle framing like a tunnel the road of a lady. Merci Caroline, trés beau mots et image.

    J'aime

  2. belle photo
    j’aime ces conclusions à tes textes: j’ai moins l’cœur à vouloir que je l’ai à donner
    le temps m’ayant fait voir que j’ai raison d’aimer, comme une morale tendre et bienfaisante ;o)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s