Quand je dis toi, je dis moi

quand je dis toi, je dis moi
sinon je suis sans existence
le coeur sans la terre
le ciel sans la mer
on n’imagine pas
le monde sans tempête

un désert gris sans rien
d’autre que lui-même
et si je tremble encore
c’est parce que je ne sais
rien faire mieux qu’aimer

le reste est ma blessure
mon ravin
mon lot de circonstances
pour en être
le temps d’une vie

Photo : L’ILE AU BOUT DE MA LENTILLE * 5 avril 2018 * Lac des Deux Montagnes, vu de l’autoroute 40

7 réponses à Quand je dis toi, je dis moi

  1. « si je tremble encore
    c’est parce que je ne sais
    rien faire mieux qu’aimer
    le reste est ma blessure »

    Cette chose que j’ai tant eu de mal à faire comprendre, et qui m’a tant fait me retourner en moi même.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s