Parce que le piano

et ces murs qui aiment
les amours bulldozers
tandis que l’eau traverse
et que l’air y sèche
ni soleil étranglé
ni bourgeon qui s’emporte
mais des corps balourds
et des âmes dans le champ

se sauver clair du haut des toits
et si l’horloge ne tic tac plus
on laissera tomber les épaules
c’est tellement meilleur pour les yeux
et on continuera
de jouer du piano
juste parce que le piano

Photo – DISTANCE ANTICIPÉE * 25 avril 2020 – Montréal

2 réponses à Parce que le piano

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s