L’indocile

bien sûr la nuit
la liberté comme l’oiseau la branche
le feu de l’arbre et le sublime
à dire ma gratitude
pour celle qui m’en parle
la folle envie du
reste, passagère

et le soleil qui sort
comme tout le blanc d’envers
qui poème ma ville

et ma robe vieillie
où souffle la caresse
qui glisse jusqu’à ma peau
et mon ventre, comme le vent qui vit
et meurt d’abandon

j’aime ces chemins longs de lointain
les détours en bateau
le tout de tout ça où je reste
accroupie et debout
à jouer de ces heures
qui coulent entre mes feuilles
comme l’encre qu’on désarme
à force d’aimer
l’indocile

 


Photo – NOS ÂMES VAGUES * 28 mai 2020, Montréal

7 réponses à L’indocile

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s