La blessure amande

L’écorce suit l’invisible
et l’invisible suit l’écorce.

Et la blessure amande. Cet espace entre les roseaux dans les vaisseaux mères de l’absence. Chargés de bois d’amers pour autant de fruits tendres.

Elle aussi se voulait porteuse d’espérance. Dans les vents d’un lignage, sur les refrains de l’âme. À mer perdue devant la lune, poussée à coups de vagues et d’horizons tracés d’avance. Un corps à dire, écrit en abstrait d’existence. Ni mur ni secret peut-être, mais une vie qui louve avec trop à y taire. L’erreur est blanche, dit-on. Mais la bêtise s’entend, comme un chant, en fracas de pierre chorale.

Le geai trouve sa forme dans son destin ouvert, où les ailes se déplient, sans terre métaphore. De ciel en clair d’espoir.

Photo – TRANQUILLE * Champ des Possibles, 3 juin 2020 – Montréal

5 réponses à La blessure amande

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s