Les vivres

pour ton coeur qui savait
le simple poids des choses…

elles dorment encore
blotties dans l’intime d’une cave

tu me manques
mais je n’y pense pas trop

ça laisse des trous la mort
tellement qu’on meurt troués

mais les instants toujours
de vent et de ciel

je t’aurais apporté des vivres
pour quelques jours devant

·


Photo : QUELQUES ÉCLATS D’UN DÉCEMBRE – Montréal 2020

6 réponses à Les vivres

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s