Nos belles pâtures

Qu’âme et désir, et toi dans le courant. 

Qu’en dira-t-on, l’oiseau – que ce n’était que saison maigre
avec quelques détours à l’endroit de l’amour? 

Et s’il vaut mieux se taire, j’invoque la patience –
bancale dans mon cas.

Et je pense à Thoreau. En espérant que comme lui,
même devant l’étriqué, nos imaginations y trouvent leurs pâtures.
Et nos amours avec.

Photo : MON CHEMIN DE VILLE * Octobre 2021 – Montréal

2 réponses à Nos belles pâtures

  1. L’oiseau de mer
    & le bruit des vagues
    Respire l’océan
    Moi, hier, j’ai terminé ma saison
    Je reste sur la plage
    à suivre un Plongeon
    L’oiseau est solitaire
    Il me remplace aux vagues
    Plonge un long moment dans l’espoir d’un poisson
    (pas un brin picoreur, ni gobeur d’insecte)

    Je m’attends à le voir réapparaître
    & je retiens mon souffle comme lui sous l’eau
    P’têt que j´suis son animal de compagnie?

    miiiiirliton

    Aimé par 1 personne

  2. Thoreau a dit aussi : Que ferons-nous d’un homme qui a peur des bois, de leur solitude et de leurs ténèbres ? Vos textes m’amènent toujours plus loin sur le chemin de mes pensées. J’aime cette « patience bancale », porteuse de tant de possibilités.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s