Sarcelle

à quoi je sers
quand le vent devient fou

au même bonheur d’errer
au gré du jour qui change
au chemin sobre
et au ciel sans réponse

le temps est sans pitié
et sans bonté tout court –
je n’ai rien à attendre
des matins qui se lèvent

on longe des fossés –
que me chantait mon père

en attendant
la maison est sarcelle
c’est au numéro sept

elle reste inimitée
tu la reconnaîtras

·


Photo : CHEMIN DE JANVIER – Petite Nation 2022

Une réponse à Sarcelle

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s