Le ciel entier

Bientôt les feuilles viendront.
Et ce vert tendre qui verse un baume court.

Mon âme se bute aux mêmes imbroglios
de vent ou de fleuve trop absent.
C’est partout la bourse ou la mort.

Là, ton piano qui me repose.
Me ramène à ce jeu qu’on jouait sans y penser.
Où le corps, du regard, visait le ciel entier
sans chercher à savoir d’où le son arrivait.

Je sais qu’il fait chaud quelque part. Mais ici,
même si j’éclate de rire, le froid persiste et dure.

Et sous nos pas, derrière les silences,
l’emmêlement aveugle d’un temps.

PHOTO : PENDANT CE TEMPS, LA LUMIÈRE – Montréal * Avril 2022

Une réponse à Le ciel entier

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s